IFLOT

Conclusion

Ce projet a proposé d'une part trois schémas ontologiques OWL pour décrire des cours, des activités pédagogiques et les différents niveaux pédagogiques de l'enseignement académique français. Ces schémas ont été utilisés sur trois exemples distincts, celui des formations uTop, celui d'une formation de l'INSA de Rouen et celui d'un MOOC présent sur FUN. Pour chaque exemple nous avons présenté plusieurs requêtes SPARQL qui permettent d'obtenir des informations qui sont aujourd'hui difficiles à obtenir à partir des données disponibles sur le Web des documents.

L'originalité de l'approche repose d'une part sur l'idenfication de plusieurs niveaux dans la description de l'offre pédagogique (niveau modèle, niveau pédagogique, niveau réalisation, niveaux activité et niveau acte, ces deux derniers ayant été moins présentés dans la démarche mais tout aussi présents dans le schéma et dans deux des exemples), et d'autre part dans la réutilisation d'autres schémas plus génériques (foaf, time, etc.). Nous avons aussi légèrement débuté un alignement ontologique avec d'autres schémas tels que le schéma généraliste schema.org ou celui plus spécialisé Teaching Core Vocabulary.

Le fait d'avoir identifié plusieurs niveaux nous permet d'être fléxible quant à l'offre de formation que nous voulons décrire (aussi bien une offre classique en présentiel, que des cours en blended learning ou totalement à distance). De plus nous pouvons représenter l'évolution d'un cours dans le temps, que cette évolution porte sur les supports, sur les activités, sur le type de médiation ou sur le cours lui même. Ces derniers aspects, qui à notre connaissance ne sont pas représentés dans d'autres schémas ontologiques, ont été expérimentés sur les deux derniers exemples.

Toutefois ce travail peut et devra évoluer. Par exemple les URI utilisés, aussi bien pour les schémas et que pour les exemples, ne sont pour l'instant pas persistants, indépendants des institutions (UNIT, l'INSA de Rouen et FUN) et surtout non déréférençables. Ensuite, il faudra aussi compléter l'alignement ontologique avec schema.org et Teaching Core Vocabulary mais aussi le faire pour MLO, CDM, LHEO, etc. dès que ces derniers proposeront des versions Web sémantique de leur schéma de métadonnées (cf. Linked Universities). Ainsi après l'utilisation d'un raisonneur, des programmes prévus pour interroger ces schémas pourront retrouver de l'information dans des bases utilisant notre schéma.

Enfin un des problèmes majeur est la génération des triplets RDF à partir des Systèmes d'Information (SI) des établissements gérant les offres de formation. Nous n'avons pas une connaissance exhaustive de ces SI, mais il semblerait que la plupart font abstraction de notre niveau pédagogique : le passage d'une année à l'autre se fait souvent par une copie de l'offre pédagogique puis une adaptation de cette dernière. Il est alors très difficile voire impossible, de savoir si des cours ont évolués et sur quel(s) aspect(s). De plus ces SI mélangent souvent les descriptions pédagogiques et administratives. Pour finir, au sein de ces SI, une partie des informations n'est pas suffisamment formalisée. L'adaptation de ces SI étant très certainement difficile, une solution serait de concevoir un logiciel compatible avec notre modèle qui proposerait d'une part ces données en RDF via une entrée SPARQL et proposerait d'autre part des exports annuels vers les SI les plus connus.

Il est à noté qu'en tant qu'experts du groupe de travail à l'AFNOR sur la modélisation des offres de formation, ce modèle a été présenté aux membres du groupe. C'est très certainement dans ce cadre que la description de l'organisation des éléments de formation sera proposée.